Irréversible 2017

 Verre soufflé, sable

26 cm / ø 11 cm

Exemplaires numérotés signés

Un sablier à l’horizontale.

Un moment arrêté suspendu.

L’illusion d’une staticité.

La gravité est stoppée alors qu’elle est attendue, une tension s’installe. L’ordre des grains blancs et noirs séparés dérange.

Le trouble et le mélange seraient remède à cette séparation artificielle.

Le mouvement rétablirait le cours des choses. Pourtant le moment présenté est intermédiaire, il n’a pas l’ambition d’être l’origine d’un état...


Avant la terre, les vagues des océans primordiaux ne s’échouaient que sur elles-mêmes. La silice commence à émerger de l’eau. La croûte terrestre se forme.

Comment imaginer ce sable? Venant de l’Informe et de la confusion... Le temps a sédimenté, trié, formé les continents, enrichi, spécifié, ordonné selon ses lois.

Le blanc et le noir se sont dessinés.

Le gris serait l’absence de hiérarchie, le point de non-retour de la matière: les cendres.

Si le temps déforme, il forme. Et tout recommence. 


Cette installation est  réflexive avec des contradictions qu’amène la forme du sablier en 8 couché. Je fais donc appel au symbole de l’infini qui informe du cycle. Le noir et le blanc sont séparés avec la tension qu’on ne puisse pas revenir en arrière. Le perpétuel recommencement que porte l’objet connu du sablier est contraint par cette étrange immobilité.


©Sati Mougard l All right reserved l 2020